Extramadura

05 août 2006

Paroles de quelques chansons de fête à Bayonne

Debout Léon ! (Lorente - Gachis)
Avec l´aimable autorisation des éditions Agorila

Debout, debout, debout Léon !
Il est temps de mettre ta couronne
Pour nous ce sera toujours toi,
Le roi des fêtes de Bayonne…

Debout, debout, debout… Léon
Il est temps de monter sur le trône
Ton peuple n’attend plus que toi
Debout, Léon… c’est toi… le roi !

On est tous réunis place de la Mairie
Et grands et petits on l’appelle à grands cris
Et du fond de son lit, sa majesté Léon,
Chaque jour à midi entend notre chanson…

Léon c’est notre ami, à tous les bayonnais
Mais vous avez compris, il faut le réveiller
Si vous voulez aussi, revoir le roi Léon
Venez tous par ici, chanter notre chanson…

Les fêtes de Bayonne

Mademoiselle faites vous belle,
Votre galant viendra ce soir,
S'il vous embrasse faites lui grâce,
Mais s'il vous mord criez bien fort.

Allez-y poussez, poussez
Les enfants de Bayonne
Allez-y poussez, poussez
Les enfants bayonnais.

Aïe que bonitas son
Las chicas de Bayona (bis)
Aïe que boni, Aïe que boni,
Aïe que bonitas son (bis)

Les bayonnais au p'tit béret
Sont populaires,
Tout le monde les connaît,
Depuis Montbrun jusqu'à Verdun
Mais oui ma chère,
Bayonne c'est quelqu'un.

C'est à baba, c'est à yoyo,
C'est à nene, c'est à Bayonne
Qu'on se bibi, qu'on se dodo,
Qu'on se nene, qu'on se bidonne.

Boga, Boga

Boga, Boga, Mariñela, Mariñela !
Joan behar dugu urrutira, urrutira
Bai indietara, bai indietara.
Ez dut, ez dut nik ikusiko
Zure plai ederra, plai ederra ;
Agur, agur, Ondarroako
Itsaso bazterra
Mariñela ! Boga ! Mariñela !

Fandango du Pays Basque

Fandango du Pays Basque, Fandango simple et fantasque,
Pour te danser dans les bras d'un garçon, une fille ne dit jamais non.
Tout le pays est en fête et tout le monde est poète,
Et chacun ce soir ne pense qu'à l'Amour, la montagne flirte avec l'Adour

Refrain :
Fandango, Fandango, que rythment les bravos,
Que répète l'écho de Sare à Bilbao
C'est le chant des ruisseaux, c'est le chant des oiseaux,
C'est le chant de l'amour, Fandango !

Fandango du Pays Basque, Fandango simple et fantasque,
C'est grâce à toi que l'on fait des folies,
Qui sont bien le meilleur de la vie,
Et combien de mariages on a vu dans le village,
Sur tes accents si joyeux, si vibrants et ton rythme que l'on a dans le sang

Refrain

Fandango du Pays Basque, Fandango simple et fantasque,
Et les mains sur les tambourins pleins d'entrain
Rythment ce refrain jusqu'au matin.
Alors Grand-Pèr' et Grand-Mère ont des regards qui s'éclairent
En écoutant cet air du bon vieux temps.
Ils revoient le printemps d'leur vingt ans.

Il est un coin de France

Il est un coin de France où le bonheur fleurit,
Où l'on connaît d'avance les joies du Paradis,
Et quand on a la chance d'être de ce pays,
On est comme en vacances durant toute la vie.

Refrain :
Airetun txikitun, airetun aire
Airetun txikitun, airetun aire
Airetun txikitun, airetun aire
Airetun txikitun aire, olé !

Le jour de sa naissance, on naît pelotari,
Dès la première enfance, le douanier vous poursuit,
Et quand vient l'adolescence, les filles vous sourient,
Et l'on chante et l'on danse même quand on vieillit.

Refrain

Et la nuit, dans les montagnes,
Nous chantons autour du feu,
Et le vent qui vient d'Espagne,
Porte au loin cet air joyeux

Battitta

Où vas-tu brave Battitte
De ce pas tout guilleret ?
En bandoulière ta guite
Rebondie de vin clairet
Béret noir, chemise blanche
Pantalon bien repassé
Par ce beau jour de Dimanche
Tu parais bien décidé.
Battitta, sois sympa
Dis-nous où tu vas com'ça.

" Je vais aux fêtes de Bayonne
Chanter et danser, rire et m'amuser
A travers ces rues qui résonnent
De cris, de chansons et de flonflons. "

On a souvent chanté les charmes de Bayonne
Cathédrale élancée, remparts majestueux
Filles au regard vif, gracieuses et mignonnes
Confluent Nive-Adour, aux flots tumultueux,
Pourtant, ce qui nous enchante
Et nous ramène tous les ans
En cette ville riante
C'est encore bien plus séduisant :
Ce sont les férias où toute la jeunesse
Du nord et du midi, de toutes parts accourt
Remplissant la cité de joie et d'allégresse
Ce Bayonne est si beau qu'on y revient tou-jours.

D'où viens-tu brave Battitte
Tu as perdu ton béret
Elle est bien flasque ta guite,
Tu n'as plus de vin clairet ;
Ton pantalon, ta chemise
Sont sales et tout tâchés,
Ta figure est toute grise,
Tu parais bien éméché.
Battitta,
Qu'est-ce que t'as ?
Dis-nous d'où tu viens com'ça…

" Je viens des fêtes de Bayonne,
Où pendant six jours,
La nuit et le jour
Avec des milliers de personnes
J'ai chanté, dansé,
M'suis amusé. "

Soyez certains que l'an prochain
Il ira aux fêtes de Bayonne
Chanter et danser, rire et s'amuser
A travers ces rues qui résonnent
De cris, de chansons et de flonflons.

La camioneta de mi papa

Mi papaito ha comprado
Una veloz camioneta
Que segun dice ha costado
Cuatro cientas mil pesetas
Tiene el motor muy potente
De unos dos mil megatones
Para espandar a la gente
Con tremendas explosiones.

Quito del medio que va pasar
La camonieta, la camioneta,
Quito del medio que va pasar
La camonieta de mi papa.
Pa para para pa. hu- hu (bis)
Pa para para pa. hu-hu (bis)

Dicen que tu no me quieres
Porque no tengo pesetas
Pero sin embargo tengo
una linda camioneta
Tiene el motor muy potente
De unos dos mil megatones
Para espandar a la gente
Con tremendas explosiones

(source 1 et  source 2)

LA PEÑA  BAIONA 


Couplet 1

Dans notre cher petit Bayonne                  
Il est une peña
La peña baiona
Ils portent fièrement partout
leur foulard bleu et blanc
A Dax ou à Narbonne
On ne voit plus que ces gars-là         
Qui ont dans le cœur
Leurs chers joueurs
Du rugby roi…
Chez nous à Jean Dauger
Ou bien partout à l'extérieur
Sur tous les stades enfiévrés
Elle nous met tant d'ardeur
C'est la peña
Qui crie sa joie
Sur cet air là…  Couplet 2

Dans notre cher petit Bayonne
Il est une peña
La peña baiona
Ils portent fièrement partout leur
foulard bleu et blanc
A Dax ou à Narbonne
On ne voit plus que ces gars là         
Qui ont dans le cœur
Leurs chers joueurs
Du rugby roi…
Partout nos joueurs brillent
Souvent la victoire est au bout,
Les rues de bleu et blanc
S'habillent
Et la fête est partout
C'est la peña qui crie sa joie
Sur cet air là  Refrain

Allez allez
Les bleus et blancs
De l'Aviron Bayonnais
C'est la peña
C'est la peña baiona
On est tous là
Allez les gars
Encore une fois…
Allez allez
Les bleus et blancs
De l'aviron bayonnais
Jouez au ras
Puis écartez c'est l'essai
On applaudit à vos exploits,
C'est gagné…


   
    TXURI  URDIN
     LES AVANTS DE BAYONNE
 
   
Txuri urdin, txuri urdin maitea
Txuri urdin, txuri urdin aurrera
Beti beti beti maite maitea
Baiona Txapeldun behar da

Txuri urdin, txuri urdin maitea
Txuri urdin, txuri urdin maitea
Beti beti maite maitea
Baiona Txapeldun behar da

Aurrera mutila, aurrera Lapurdi
Aurrera txuri urdina (bis)
Gazte gazte gazte gazte gazteri
Gazteria aupa, aupa mutila
Gazte gazte gazte gazte gazteri
Gazteria aupa txuri urdina
 
Allez-y poussez, poussez
Les avants de Bayonne
Allez-y pousser, pousser
Les avants bayonnais
Bayonne, Bayonne
sur la Nive et sur l'Adour
Bayonne, Bayonne

Bayonne de nos Amours 
Mademoiselle
Faites vous belle
Votre galant viendra ce soir
S'il vous embrasse
Faites lui grâce
S'il vous mort
Crier bien fort

   
LES GARS DE L'AVIRON
 
   
Refrain

Les gars de l’Aviron,
Joyeux lurons, toujours auront
Le cœur en fête,
Car rien ne les rend noirs
Ni le brouillard, ni le cafard,
Ni la défaite.
Ça tient au bleu et blanc
Maillot pimpant, clair, éclatant,
Plein de lumière.
Ça tient à la manière
Hardie et légère
Chère à leurs aînés,
Qui dans la France entière
Fait qu’on reconnaît
L’AVIRON BAYONNAIS

1
Dans la liste complète
Où chacun fait son choix,
Il est un sport-vedette
Et c’est le rugby-roi.
Le président en tête
Suivi des supporters,
Joueurs, soigneurs,
Masseurs et entraîneurs,
Qui aux soirs de victoire,
Ou de guigne noire,
Chantent tous en chœur.

2
Quand ils font sur la Nive
Comme de fins joujoux
Glisser lestes et vives
Leurs yoles d’acajou,
On entend de la rive
Venir une rumeur,
Barreurs, rameurs avec la même ardeur,
Champions et championnes,
Enfants de Bayonne
Chantent tous en chœur.

3
Vieux et jeunes cyclistes
Porteurs de ces couleurs
Qui, sur route ou sur piste
Font du cinquante à l’heur’…
Tennismen, vrais artistes,
Pilotaris vainqueurs,
Lutteurs
Boxeurs
Nageurs et footballeurs
Coureurs et athlètes
Fervents du basket… te
Chantent tous en cœur

4
Quand on voit sur la Nive
Passer notre bateau,
On dirait de la rive
Qu’il glisse au fil de l’eau
On cherche sa salive
Et faisant le costaud
On est certain
Qu’ça va tout à fait bien
L’entraîneur c’est bizarre
N’en a jamais marre
Il faut recommencer.

5
Avec un peu de chance
Nous pourrons arriver
A êtr’ Champion de France
Tout comme nos aînés
On cherche la cadence
Comme des forcenés
On rêv’ la nuit
Qu’on les a qu’c’est fini
Ce n’était qu’un beau rêve,
Hélas tout s’achève il faut recommencer.

Dernier Refrain:

Amis que la chanson
Du beau Pays de l’Aviron partout résonne,
Jamais nous n’oublierons,
Le pavillon couleur de ciel, notre Bayonne
Le fier Adour, la douce Nive qui frissonne,
Les remparts silencieux, le clocher orgueilleux
Près duquel on est né.
On en a plein les yeux
Et c’est tout ça qui fait
L’AVIRON BAYONNAIS.

source

Posté par KNTHMH à 06:45 - Euskadi - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire