Extramadura

04 août 2006

Fêtes de Bayonne: Historique des fêtes, Qui est Léon?

Mais qui est donc ce roi Léon !

Mais qui est donc ce roi Léon ! Prenez quelques enfants et demandez leurs qui est le roi Léon : peu sont en mesure de vous répondre. Alors les enfants (et les grands), ouvrez vos yeux et lisez qui est le roi de Bayonne.

Léon, c'était Léon Dacharry. Figure bayonnaise des années 50 et interprète de répertoire lyrique, Léon était commis-vendeur chez Velten, un magasin d'imperméables des bords de Nive qui n'existe plus.

Parce que les jeunes Bayonnais en avaient assez de la reine des fêtes, la banda des Batsarous proposa un roi. Le 5 août 1949, Léon Dacharry fut proclamé "Roi de Bayonne".

Et la chanson "Oh Léon, Léon, Léon " fit le tour de France. On la retrouva même dans le film vedette de Robert Dhéry "Allez France !".

Le défilé des géants
 

Chaque jour, la cour du roi Léon rejoint son souverain sous le balcon de l’Hôtel de Ville. Un défilé de géants qui, depuis vingt ans, rassemble petits et grands. A l’image de leur souverain, les six courtisans qui sillonnent tous les matins les rues de la ville, ont l’air jovial et enjoué.

Ces marionnettes de plus de 4 mètres de hauts se retrouvent à 10 h devant l’école Albert-1er, accompagnées de fidèles gaiteros avant de rejoindre la place de la Liberté pour le réveil du roi. Les géants symbolisent les figures emblématiques de la cité : le Fou du roi pour l’aspect festif, le maréchal pour le respect de l’ordre public, le chocolatier en référence à la tradition gastronomique bayonnaise, la gouvernante et le médecin, garants du bien-être et d’une bonne santé et enfin la favorite parce que tous les rois en ont une. Léon et sa cour sont l’oeuvre du dessinateur Jean Duverdier.

Petit rappel pour les non-initiés, la mascotte des Fêtes est un roi nommé Léon, roi de Bayonne et des couillons comme le raconte sa chanson.
Depuis près de vingt ans, il s’installe au balcon de la mairie le mercredi à 22 h et veille sur son royaume en fête jusqu’à la clôture le dimanche.
La foule se presse chaque midi à son chevet et interpelle le fainéant, endormi derrière son rideau.
Rituel incontournable de ces Fêtes, ce rassemblement quotidien marque le début d’une journée gaie et conviviale…une journée de fête.

Petite histoire d'une tenue officielle...
 

Lors des premières Fêtes, en 1932, les hommes étaient vêtus de la traditionnelle xamara (chemise) en bleu et blanc, couleurs de l'Aviron Bayonnais.
En 1954, la tendance est plutôt au vert et rouge, à la demande du Comité des fêtes qui désirait créer une harmonie plaisante pour parfaire l'ambiance festive.

Mais en 1955 et en 1969, un certain Luis Mariano joue les troubles fêtes en venant ouvrir les festivités bayonnaises vêtu de blanc et de rouge (il faut dire qu'il était originaire d'Irun, en Espagne, et que les fêtes, de l'autre côté sont depuis longtemps à ces couleurs).

Dans les années 70, place à la veste de travail, portée sur un tee-shirt marin.

Ce n'est qu'au début des années 90 que le blanc et rouge s'est imposé.
Chemise et pantalon blancs, foulard et ceinture rouges firent dire à André Béhotéguy, alors président du comité des fêtes :

"Quand on a une tenue vestimentaire impeccable, on a aussi la tenue morale. Elle efface de plus les couches sociales et les inégalités".

Trente ans plus tard, la commission prône plus que jamais le port du rouge et blanc. Aujourd’hui, la tradition est respectée par tous, même par les visiteurs occasionnels, si bien que pendant les cinq jours des fêtes pas une âme ne se promène dans d’autres couleurs; question d’égalité plus que d’uniformité. Ici le principe est le même que le déguisement du carnaval. Tout le monde fait la fête ensemble sans aucun jugement.

Pour que tout le monde se retrouve dans la fête.

Histoire
 

Les premières fêtes de Bayonne ont été officiellement déclarées ouvertes le mercredi  13 juillet 1932  et ne se sont interrompues que pendant les  années de guerre de 1940 à 1945.  Une bande de copains de la section rugby de l’Aviron Bayonnais fréquente les fêtes de Pampelune et propose de créer celles de  Bayonne dans le même esprit.

Le Maire confie les clefs de la ville

Depuis 1947, le maire confie à ses habitants les trois clés de la ville. Elles sont jetées du balcon de la mairie par des invités vedettes. Trois clefs pour trois quartiers de la ville : Grand-Bayonne, Petit-Bayonne et Saint-Esprit. Des grands du spectacle ont ouvert les fêtes : Luis Mariano, Mireille Darc, Johnny Halliday, Bernard Lavilliers Hélène Segara, Julien Clerc, JJ Goldman…

Les traditions

Au fil des années, diverses animations sont venues s’ajouter aux nombreuses coutumes liées aux Fêtes. Certaines indétrônables, comme les courses de vaches, sur une place au cœur du Petit-Bayonne, font depuis toujours  la joie de tous. Aujourd’hui, quatre courses de vaches ont lieu chaque année, dont une au succès populaire phénoménal, en nocturne. Depuis l’ouverture des fêtes un tournoi de pelote avec les plus grands champions de pelote à main nue, prend place au Trinquet Moderne. La corrida, qui fait partie intégrante de la culture bayonnaise, accompagne ces fêtes depuis 1933. Le corso lumineux, défilé de chars décorés, attire plus de 350 000 personnes et a fait rêver des générations de très jeunes festayres.

Les peñas

Ces associations participent toute l’année à la vie culturelle de Bayonne. Elles sont très actives pendant les Fêtes et celles qui logent dans des casemates, ne désemplissent pas pendant quatre jours et cinq nuits. Chaque peña, selon sa raison d’être, apporte sa touche personnelle. Elles sont plus de quatre-vingt. 

Bayonne et Pampelune : un jumelage festif

Bayonne est jumelée depuis 1960 à Pampelune, capitale navarraise. Mais les échanges entre les deux cités sont bien plus anciens puisque Bayonne fut pendant longtemps le port de la Navarre. En 1932,  les Bayonnais se sont inspirés des Fêtes de Pampelune pour lancer celles de Bayonne. Les Fêtes de Pampelune dites de San Fermin, sont aujourd’hui connues dans le monde entier. Chaque année Américains et Japonais défient les toros lâchés dans les rues. A Bayonne les courses de vaches sont moins dangereuses. Les festayres de Bayonne ont adopté depuis 10 ans, comme ceux de Pampelune une tenue rouge et blanche.  A la mort d’Arnaud Saez, concepteur de l’affiche des Fêtes pendant cinquante ans, Bayonne s’inspire une fois de plus de sa jumelle et lance un concours d’affiches.

Trois messes pour les Fêtes de Bayonne
 

Depuis près de cinquante ans, la messe des Fêtes de Bayonne était célébrée dans la seule église St André. Pour la première fois, les cérémonies religieuses à la Cathédrale Sainte-Marie et à la Collégiale Saint-Esprit, revêtiront également leurs habits de Fête.

Le soir de l’ouverture des Fêtes, trois clefs symbolisant ces trois quartiers de Bayonne, sont lancées du balcon de l’Hôtel de Ville aux milliers de festayres. Symboliquement, le maire confie à ses concitoyens, les rues de la Ville pour cinq jours et cinq nuits. La commission des Fêtes de Bayonne a tenu à symboliser religieusement ces trois quartiers en fête. Les messes du dimanche à  la Collégiale Saint-Esprit et à la Cathédrale Sainte-Marie, sont désormais associées aux Fêtes. Deux ingrédients indispensables feront désormais partis de l’office dominical : la tenue et la musique propre aux Fêtes. La banda du 1er RPIMa et les danseurs d’Orai Bat animent cette année l’office religieuse à Saint-Esprit. Tandis qu’Erro Bat sera la couleur festive de la messe donnée en la Cathédrale Sainte-Marie.
Pour la petite histoire, la messe du dimanche a pris des allures de Fêtes dans les années 60. Le curé de la paroisse Saint-André proposa à plusieurs bandas de se joindre à la cérémonie qui devint officiellement « La messe des Bandas ». En 1990, la tenue blanche et rouge fût adoptée par les acteurs et les spectateurs de la messe.
Cette année, la messe de Saint-André, qui rassemble, une foule si dense, est une fois de plus retransmise sur le parvis grâce à des hauts-parleurs et en direct sur France Bleu Pays Basque. Elle est accompagnée par l’Harmonie bayonnaise.
La messe est un autre témoin de l’évolution de ces Fêtes, tournées résolument vers le respect et la transmission des traditions.

source

Une autre relatation de l'histoire des fêtes

Un peu d'Histoire... Les premières fêtes de Bayonne (qui s'appelaient à l'époque "grandes fêtes d'été") se sont déroulées en 1932 : du Mercredi 13 au Dimanche 17 Juillet. Elles connurent un succès immédiat. Lancées pas des Bayonnais qui allaient souvent en "cure festive" à Pampelune, ils décidèrent d'importer ce type de fêtes chez nous et leur donnèrent dès la première année beaucoup d'importance.Voici un exemple d'article que l'on pouvait lire à l'époque sur ces fêtes : "Nous voici donc à la veille des Grandes Fêtes de Bayonne dont les dates, comme on le sait, sont celles des 13, 14,15,16 et 17 Juillet courant. De l'alléchant programme qui nous est soumis, nous retiendrons d'abord la grande diversité : cavalcades, cortège, exposition florale, musique et danses basques, concerts, théâtre, concours d'élégance et bataille de fleurs, réunions sportives, bals, toros des fuego, feux d'artifice, illuminations, etc. Tout ce qu'il y a de meilleur dans la tradition basque : pelote, musiques et danses seront grandement et dignement représentées aux fêtes de Bayonne. Ajoutez-y les autres nombreuses manifestations inspirées également du plus pur régionalisme, inscrites à leur programme, et vous pourrez comme nous et sans craindre de nous tromper, leur prédire le plus grand avenir." Imaginez l'implication qu'il aura fallu à l'époque pour mettre tout ceci en place. Bien leur en a pris car elles existent encore, et sont de plus en plus belles.

A noter un arrêt des fêtes pendant la deuxième guerre mondiale de 1940 à 1946. Et puisque l'on est dans les interruptions, citons quelques activités qui n'existent plus aujourd'hui comme : la Verbena qui se déroulait aux halles et qui permettait aux artisans et commerçants de décorer leurs étals avec toujours plus de raffinement. Se pratiquait aussi des régates à la voile sur l'Adour, les Comices agricoles place Saint-André, les représentations lyriques données au théâtre, des courses de chevaux attelés à Saint-Esprit, des batailles de confettis.

Bien sûr, même si les fêtes d'aujourd'hui ressemblent beaucoup par certains côtés à celles du passé, d'autres choses ont changé comme la tenue qui autrefois était le bleu de travail. Les lieux de fêtes ont également évolué. Ainsi, nos parents racontent encore qu'il y avait autant d'animation à Saint-Esprit qu'ailleurs. Bayonne a acquis au fil des années l'art de "savoir-faire" la fête. Il y a eu effectivement des hauts et des bas, surtout dans les années 70. Mais avec l'avènement de cette tenue "du tout en blanc et rouge", tout change. "Faire un saut" à Pampelune (fêtes de San Fermin) pour voir comment cela se passe, nous éduque dans le bon sens. Et puis, le blanc c'est le symbole de la pureté. Rendons d'ailleurs hommage à nos voisins et amis Pamplonais avec qui nous sommes jumelés depuis les années 60.

Le début des années 90 voit l'éclosion du phénomène des associations appelées plus communément "Peña". De même, les bandas qui animent les rues de Bayonne durant les fêtes propagent une plus grande convivialité.
En 1932, il n'y avait que deux Bandas. L'une étant l'Errobiko Erroskilak formée par des jeunes de l'Aviron Bayonnais et l'autre dénommée les Batsarous. Aujourd'hui, elles sont plus nombreuses mais on en redemande encore !!!!!

Autre point fort de la culture Bayonnaise qui rythme ces fêtes depuis plusieurs années : les Corridas. Bayonne est la première ville taurine de France. L'histoire taurine de Bayonne est très ancienne. Voilà ce que nous en dit Claude Pelletier, fondateur de la Pena Taurine Côte Basque dans son livre 7 siècles de Première : "9 Janvier 1289 : Bayonne est anglaise. Edouard d'Angleterre impose Hugues de Broc comme gouverneur de la ville. Ce dernier décrète l'interdiction du lâcher de taureaux et des boufs dans les rues de la cité sans l'autorisation du maire (C'est le document le plus ancien concernant l'histoire taurine). 21 Août 1853 : 1ère corrida en France. Six toros Andalous et Navarrais combattus par CUCHARES aux arênes de Saint-Esprit (Emplacement actuel école Jules Ferry). 30 Juillet 1893 : Inauguration des arênes de Lachepaillet (celles que l'on connaît aujourd'hui)."

Autre coutume faisant l'histoire de fêtes : inviter des personnalités pour jeter, du balcon de la mairie, les fameuses clés de la ville. Celui-ci a été foulé entre autre par : Louis Mariano, Johnny Haliday en 1960, et de nos jours Zazie, Jean-Jacques Goldman(2002), Hélène Ségara, Bernard Lavillier, certains membres de l'équipe des Girondins de Bordeaux comme Lilian Laslandes, Elie Baup et françois Grenet. Et nos "guest stars" 2000 étaient Patriiiiiiiiiiick et Jacques Martin dont on attendait impatiemment un duo qui n'a pas au lieu.

Enfin, autre privilégié du balcon : le Roi Léon, incontournable marionnette qui veille attentivement sur ses ouailles durant toutes les fêtes. Héros d'une B.D. dessinée par Jean Duverdier, ce personnage est inspiré d'une figure de la vie bayonnaise (voir la page consacrée à Michel de Barberac), feu Léon Dachary, réputé à l'époque pour ses frasques. Et comme un roi ne vient jamais sans sa cour, d'autres marionnettes viennent chaque année étoffer le spectacle de la rue pour le plus grand bonheur des petits et des plus grands.

Et bien sûr, il ne faut pas non plus oublier les célèbres courses de "vachettes". Apparues en 1932, il y a pas mal d'anecdotes sur les visites "non guidées" des vaches dans certains bars de Bayonne (genre La Treille..).

Depuis 1932, la pelote aussi se taille une belle part du gâteau dans l'histoire des fêtes, grâce à des champions de renom qui sont venus disputer des parties épiques au Trinquet Moderne qui a été récemment entièrement rénové.

source

Posté par KNTHMH à 06:10 - Euskadi - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

  • pas d'accés au source!

    impossible de voir t source? pe tu m'aider

    Posté par ph, 11 décembre 2007 à 19:26
  • oui je peux t'aider!

    je ne sais pourquoi la source affiche erreur, rends-toi là:
    http://fetes.bayonne.fr/index.php?id=1

    c'est l'accueil du site et ensuite tu navigues, bon courage matelot!

    pour les personnages, tu mets id=100 dans l'url

    moi c'est un résumé mais sur le site il y les photos, les paroles de chansons etc...

    Posté par KNTHMH, 31 décembre 2007 à 15:36
  • DATE DES FETES

    BONJOUR,MALHEUREUSEMENT NOUS NE POURRONS ETRE PRESENT EN 2008 AUX FETES DE BAYONNE.C'EST POUR CELA QUE JE VOUDRAIS SAVOIR SI POSSIBLE LES DATES DE 2009 POUR PREVOIR NOTRE SEJOUR CHEZ VOUS DU MIEUX POSSIBLE.EN ESPERANT BONNE RECEPTION.VEUILLEZ AGREER MES SALUTATIONS LES PLUS RESPECTUEUSES.MERCI ET A BIENTOT .LES NORMANDS!!!!!!!!

    Posté par DELAVAZE, 07 janvier 2008 à 16:03
  • REMERCIEMENTS

    merci bien pour la réponse.MAIS COMME J'ORGANISE LE VOYAGE DE DIX PERSONNES POUR LES FETES,JE NE VOUDRAIS SURTOUT PAS ME PLANTER.MAIS DES FOIS CA COMMENCE FIN JUILLET!!!!!!!!!ALORS JE ME MEFIE.ILS SONT FOUS CES NORMANDS.SINON ENCORE MILLE FELICITATIONS POUR VOS FETES.TERRIIIIIBLEEEEE.2007 ETAIT NOS PREMIERES FETES ALORS FORCEMENT A FORCE D'EN PARLER PLUSIEURS PERSONNES VEULENT SE JOINDRE A NOUS POUR 2009.VOILA.MERCI ET A BIENTOT!!!!!!!

    Posté par DELAVAZE, 07 janvier 2008 à 17:52
  • Oui en juillet ça peut parce que:

    c'est la première semaine d'Août, mais c'est surtout le premier dimanche d'Août qyue se clôturent les fêtes!

    alors quel est le premier dimanche d'Août en 2009?
    et comme ça on sait
    le samedi 1 et le dimanche 2 donc en effet peut-être la fête commence le mercredi en fin juillet!
    pour être sûr, il faut écrire au syndicat de Bayonne

    http://www.fetes.bayonne.fr/index.php?id=146

    Posté par KNTHMH, 07 janvier 2008 à 22:34

Poster un commentaire