Extramadura

03 août 2006

Fêtes de Bayonne: Corso, danses et chants, courses de vaches, corrida, journée des enfants

Le corso lumineux : la magie des Fêtes

Les chars du corso lumineux défilent les samedi et dimanche à 22h.
Départ et arrivée, quartier Saint-Esprit avec traversée du pont et boucle autour de la mairie.

Depuis plusieurs mois, les associations avec leur lot de bénévoles, s’activent dans le hangar municipal de Saint-Frédéric.
Le grand jour arrive, il faut encore peindre, ajuster, répéter.
Des semaines de préparation pour une heure et demi de spectacle.

Le corso lumineux des Fêtes de Bayonne représente chaque année la plus grande affluence des Fêtes.
Il ne faut pas oublier le côté sérieux de l’événement avec un prix à la clef.
Un jury a la responsabilité d’élire le plus beau char.
Des critères esthétiques, techniques et d’animations permettent de désigner le vainqueur.

Karrikaldi : un nouveau rendez-vous au coeur de la fête
 

Rendez-vous incontournable des Fêtes,
danses et chants traditionnels, le Dantzazpi et Baionan Kantuz se déplacent cette année place Jacques-Portes pour accueillir un public de plus en plus nombreux. Ils profitent de ce bouleversement pour nommer ce nouveau rendez-vous largement enrichi : Karrikaldi.

Karrikaldi* (autour de la rue en basque) s’installe du jeudi au dimanche, dès 16h30, place Jacques-Portes. Ce rendez-vous se divise en deux parties avec de 16h30 à 19h des spectacles de danses et de chants suivis dès 19h par le Dantzazpi et Baionan Kantuz. Dans cette seconde le public jusqu’alors spectateur, se transforme en un acteur indispensable de la danses et du chant. Les représentations de danse à 16h30 sont chaque jour différentes : vendredi sera l’occasion de découvrir des danseurs polonais et samedi, des danseurs siciliens. Le dimanche est animé par Leinua, groupe de danse basque.

A 17h30, Kantua, rendezvous orchestré autour du répertoire basque est l’occasion d’apprécier des chanteurs de grande qualité comme Amaren Alabak qui interprète des chants traditionnels souletins ou encore les joteros de Pamplona, Raices Navarra. Le jeudi est dédié aux plus jeunes avec les danseurs en herbe d’Orai Bat suivis des Bertsulari gazteak, jeunes improvisateurs qui se lancent dans une joute orale chantée en langue basque.

Dès 19h, place au Dantzazpi. On y danse des pas de fandango, arin arin, mutxiko ou sauts basques. Le dantzazpi symbolise l’engouement et le renouveau pour ces danses traditionnelles. Des centaines de danseurs confirmés ou débutants s’élancent au son des gaitas, txistus, accordéons et tambourins. Baionan Kantuz reprend, à 20h, les chants traditionnels et distribue au public les textes des paroles. L’ambiance est chaleureuse et ces centaines de voix à l’unisson laissent place à beaucoup d’émotion. Garant de ces chants traditionnels, Baionan Kantuz a inscrit la jota navarraise à son répertoire. A partir de 21h30, un bal traditionnel, karrikadantza, invite à la danse les curieux, les amateurs, les jeunes et moins jeunes, un véritable bal populaire au coeur de la fête !

* Karrikaldi est organisé par les associations : Leinua, Ibaialde, Baionako Ikastoleen Laguntzaileak et Tuntuna.

Courses de vache !

S'amuser en respectant l'animal
 
Les célèbres courses de vaches se déroulent traditionnellement les jeudi, vendredi et samedi des Fêtes.

Le temps des fêtes, la place Paul-Bert se transforme en une arène à ciel ouvert. Les courses de vaches qui s’y déroulent sont à Bayonne ce que l’encierro est à Pampelune : une tradition, un sport, avec ses règles et ses précautions. Avant de faire naître l’envie chez quelques inconscients, qu’on se le tienne pour dit : participer aux courses de vaches nécessite la pleine possession de ses moyens physiques. Les jeunes enfants ou personnes âgées, resteront donc dans les gradins avec le public, acteur indispensable de l’événement. Sur le sable, les règles sont bien présentes et gare à ceux qui ne les respectent pas car les vaches, elles, ne s’y tromperont pas. Ne pas taper ces demoiselles, ne pas se jeter sur elles ni leur tirer la queue mais les faire courir et tourner en bourrique fait partie des us et coutumes des courses à Saint-André.

A vous de jouer !

Avis aux spectateurs :

Pour votre sécurité, restez derrière les barrières de protection ou sur les gradins, accessibles uniquement par les entrées. Si vous entrez dans l’enceinte où les vaches sont lâchées, vous le faites à vos risques et périls. L’organisateur ne peut pas en être tenu responsable en cas d’accident.

Corridas des fêtes

Bayonne, première ville taurine de France, propose deux corridas à l’occasion des Fêtes.

Le samedi 5 août, les arènes de Bayonne s’enflammeront sans aucun doute devant les extraordinaires cavaliers – toreros. La tauromachie à cheval est un art que maîtrise et domine, depuis déjà de longues années, le grandissime, numéro un mondial, Pablo Hermoso de Mendoza. A ses côtés, le triomphateur de l’an dernier Diego Ventura et la ravissante et talentueuse française Marie Sara, face aux toros de l’élevage de Salamanque Antonio Perez.


Dimanche 6 août, place à la tauromachie dite classique qui reprend ses droits sur le sable bayonnais. Mais de classique cette corrida n’en aura que l’apparence tellement l’élevage réputé d’Adelaida Rodriguez force de toute évidence le respect le plus total. Pour affronter ces toros, Bayonne renoue avec la tradition des toreros – banderilleros avec Juan José Padilla, Luis Miguel Encabo et Antonio Ferrera. Un tel spectacle n’avait pas été programmé dans les arènes depuis quelques années mais c’est également l’ambiance dans les gradins qui marque le caractère exceptionnel de ce rendez-vous. Bandas parmi le public, une foule vêtue de blanc et rouge et une joie de vivre si particulière à Bayonne et à ses Fêtes.

Les enfants : la journée type du petit festayre
 

Depuis onze ans, le jeudi est la journée des enfants avec la réplique des activités des grands adaptées aux plus jeunes.

La journée du jeune festayre débute à la maison par le choix de la tenue et dès le berceau, le foulard rouge est de rigueur. Premier rendez-vous à 10h pour un bon chocolat chaud offert par l’association Betisoak*. De là, accompagnés par les Géants de la cour du roi Léon, les enfants rejoignent l'Hôtel de Ville.

Exceptionnellement le jeudi, des petits géants de 2,50m portés par des enfants au son des gaitas rejoignent leurs aînés.
Mais l’heure n’est pas encore au repos pour les plus jeunes, il est temps de rejoindre l’encierro txiki. Un lâcher de toros nerveux et coriaces dans les rues de la ville… mais que les parents se rassurent ils sont en carton et sur roulettes.
L'encierro txiki

Midi sonne au balcon, l’heure de réveiller ce fainéant de roi Léon. C’est la réplique exacte de l’ouverture officielle : trois petites clefs sont lancées du balcon par de jeunes célébrités. A 13h, les milliers d’enfants accompagnés des parents, se retrouvent à la Poterne pour un grand pique-nique. Un repas est distribué aux enfants de 4 à 12 ans**et des jeux sont organisés. Cette année, la SurfRider Fondation récupère bouteilles en plastique, bouchons et canettes et organise des jeux sur le thème de l’environnement. Les ados retrouvent les défis Yakado Baiona*** avec quatre gigantesques structures gonflables installées derrière le skate parc.

A 16h30, place au chant et à la danse place Jacques-Portes avec un bal à 18h30, le Dantzapitchoun. Une journée bien remplie pour transmettre aux plus jeunes le goût et le respect des Fêtes.

N.B : Point de ralliement pour les enfants égarés : l’entrée côté Adour de l’hôtel de Ville. Les enfants sont pris en charge et le roi Léon appelle les familles du balcon.

*Association Betisoak au 10, rue Gosse.

Posté par KNTHMH à 06:03 - Euskadi - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire